Home A la une Coronavirus : Mais où sont passés les laboratoires pharmaceutiques ?
A la une - National - 22 mars 2020

Coronavirus : Mais où sont passés les laboratoires pharmaceutiques ?

Le virus Covid-19 fait des ravages et ne cesse de progresser, au grand dam des populations. Le dernier bilan établi ce dimanche après-midi fait état de 318.953 cas pour 13.684 décès. Une véritable catastrophe. Mais pour certains, ça pourrait être une aubaine inespérée pour faire les bonnes affaires.

Car si le citoyen lambda ne fait que se soucier de sa vie, ce n’est pas le cas pour d’autres catégories. On pense plus particulièrement aux laboratoires pharmaceutiques dont les biologistes multiplient les recherches et ne ferment pratiquement plus les yeux, en quête du remède miracle de ca maudit coronavirus. Car oui, il s’agit d’une course à ciel, pardon, à labo ouvert qui est engagée entre les plus grandes multinationales du domaine pour rafler la mise.

Depuis la propagation du virus, les laboratoires s’affairent donc à trouver le bon vaccin ou le médicament idéal pour venir à bout du Covid-19. Et pour ce faire, les États n’ont pas lésiné sur les moyens et mis la main dans la poche pour aider les biologistes et les chercheurs dans leur entreprise.

En Algérie, l’on est, certes, loin du compte mais curieusement, les plus célèbres des multinationales du médicament qui ont longtemps profité de notre marché ô combien porteur et lucratif n’ont daigné faire un geste en direction du gouvernement algérien et proposer par exemple des dons en équipements (masques, gel,..) ou en argent. Au moment où ces sociétés installées en Algérie déboursent des millions d’euros d’aide au gouvernement de leur pays d’origine, aucune initiative d’aide n’est proposée au gouvernement algérien.
Ces marques font-elles au moins un geste de bonne volonté en versant par exemple l’argent alloué initialement au sponsoring et autres budget des voyages de ‘’tourisme scientifique’’ du personnel médical à l’État algérien comme aide à la lutte contre le covid-19 ? Eh ben non malheureusement. du moins pas pour le moment. Ce serait en tous les cas la moindre des choses en ces temps difficiles. Ces sociétés de médicaments ont la possibilité également d’indexer les ‘’dépenses imprévues’’, les ‘’dépenses d’urgence’’ ou encore les ‘’dépenses de Responsabilité sociétales des entreprises’’ au titre d’aide au gouvernement algérien. Au final, l’Algérie n’a pu compter durant cette dure épreuve, jusqu’à présent, que sur ses enfants lorsqu’on voit cet élan de solidarité qui a commencé, il est vrai timidement, pour se multiplier peu. Plusieurs entreprises, publiques et privées, ont tenu à apporter leur contribution et à participer à cet effort de guerre, à l’image de ‘’Cevital’’, de ‘’Venus’’ et autres laboratoires cosmétiques. D’autres ont mis à disposition de L’État des moyens logistiques et des infrastructures dont ils peuvent avoir besoin. Tout au contraire de ces laboratoires pharmaceutiques étrangers qui n’ont fait, via leurs filiales algériennes, aucune, ne serait-ce par l’organisation des campagnes de sensibilisation ou des donations d’équipements préventifs. Ce qui est certain, c’est que l’État algérien, une fois cette crise dépassée, reconnaîtra les sien…

Liès Bourouis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Grille TV de Ramadhan: Ces caméras cachées de la honte !

C’est devenu une habitude, mauvaise serions-nous tentés de le dire. A chaque fois que le m…