Home A la une Spéculation sur les produits alimentaires: Jusqu’à quand ?
A la une - Economie - 30 mars 2020

Spéculation sur les produits alimentaires: Jusqu’à quand ?

Coronavirus ou pas, la spéculation sur les produits alimentaires de première nécessité ne semble pas avoir de limites et a sans doute de beaux jours devant elles. Véreux comme jamais, des commerçants, notamment les grossistes mais aussi de simples citoyens malhonnêtes, qu’on peut qualifier de vautours, se soucient peu (ou pas) de la grave situation sanitaire que traverse le pays. Ils ont profité de cette occasion pour dissimuler et stocker des denrées alimentaires pour les ressortir plus tard, avec des prix exorbitants. Des suceurs de sangs, pour paraphraser le ministre du Commerce, Kamel Rezig, qui a clairement annoncé une guerre sans merci à leur encontre dés les premiers jours de la crise. Mais depuis, et malgré les fortes saisies opérées par les services de sécurité à travers tout le territoire nationale, force est d’admettre que ces lobbys sont toujours en vie et parviennent à procéder à des stocks inimaginables de produits alimentaires. Semoule, farine et autres produits agricoles sont les plus prisés par les spéculateurs, chose qui a lourdement influencé le marché d’approvisionnement avec, au pire, ces pénuries à répétition observées dans plusieurs commerces et, au mieux, des hausses vertigineuses des prix. Au grand dam des consommateurs algériens qui ne donnent pas l’impression d’être rassurés en dépit des assurances données par le gouvernement sur la disponibilité des produits alimentaires. Et malgré les arrestations enregistrées par dizaines et les saisies par tonnes, les spéculateurs continuent dans leur sale besogne, risquant, pour les commerçants, de gros ou de détail, des sanctions suprêmes, allant de la radiation du registre du commerce à la traduction devant la justice en passant par la mise sous scellés des entrepôts et des locaux.                                                                                                     
Parmi les dernières prises par les pouvoirs publics, figure cette mesure imposée aux grossistes de Semmar (Alger), le plus important marché de gros de produits alimentaires d’Algérie, de déclarer la totalité de leurs entrepôts de stockage et de leurs magasins pour permettre aux contrôleurs et aux services de sécurité de distinguer entre les commerçants et les spéculateurs, comme indiqué dans un communiqué du ministère du Commerce.
Ceci s’ajoute à une batterie de mesures prises par le gouvernement dans le but d’assurer un approvisionnement régulier en produits alimentaires et agricoles. Suffisant pour stopper la spéculation ? Pas si sûr que ça en ces temps de Corona où tous les coups sont permis par les spéculateurs pour s’enrichir sur le dos du simple citoyen.
Liès Bourouis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Grille TV de Ramadhan: Ces caméras cachées de la honte !

C’est devenu une habitude, mauvaise serions-nous tentés de le dire. A chaque fois que le m…